au jardin

Au jardin

Le retour des beaux jours annoncent le début du potager. 

Comme nous n’avons qu’une terrasse, il est impossible de cultiver en pleine terre… Nous avons un peu réfléchi et finalement, nous avons opté pour un potager surélevé. 

Nous avons donc utilisé des rehausses de palettes, bâché le fond, mis énormément de terreau et voilà, nous avions un potager prêt a être utilisé.

Nous avons repiqué des salades, semé des radis, du pourpier, des carottes, du persil,des betteraves. Un bac à côté contient les aromates et même de l’ail. 

Pour finir, un pot qui nous donnera de jolies fraises.

 

Il reste encore quelques pots a remplir, mais pour ça, il faut que les tomates qui sont dans la serre grandissent encore un peu… 

Voilà, il ne reste plus qu’à attendre que ca pousse.

Visites et cultures

Une agréable découverte!

Comment allez-vous?

Dimanche, j’ai pu tester quelque chose qui me faisait envie depuis des années… Depuis que j’ai vu le film Pretty Woman en fait…

ici

Depuis ce film, je rêvais d’aller a l’opéra… Malheureusement, je n’ai jamais eu l’occasion de rencontrer des gens ayant la même envie que moi… Puis je me posais beaucoup de question, quel prix? Comment m’habiller? etc.
Puis pas hasard, j’ai vu que le cinéma près de la maison diffusait chaque dimanche après-midi un opéra… La saison recommençait justement dimanche. J’en ai donc profité et j’y suis allée, seule, comme une grande!
J’ai été accueillie avec du champagne, le personnel était vraiment très sympathique, j’en aurais oublié où j’étais réellement…

L’opéra qu’ils diffusaient était passé a l’opéra Royal de la Monnaie a Bruxelles en début d’année, il s’agissait de Lucrezia Borgia.

20130911-222206.jpg

J’ai beaucoup aimé l’histoire de cette dame que tout le monde détestait…

Voici d’ailleurs le resumé qu’en donnait le cinéma:

Empoisonneuse célèbre et intrigante sulfureuse, Lucrezia inspire rejet et fascination auprès des hommes qu’elle attire. Seul un fils, abandonné à la naissance, lui paraît devoir échapper à sa démesure criminelle, mais elle le tue par erreur alors qu’elle tente de le sauver. Elle ne peut lui révéler le secret de son identité qu’au moment où il meurt. L’aura scandaleuse et maléfique de Lucrezia Borgia captiva les romantiques. Le jeune Victor Hugo en fit une héroïne fascinante. Donizetti s’en saisit et, malgré les corrections que lui imposa la censure, conserva à ce sombre melodramma une force éclatante. Le succès fut considérable, en raison notamment de la virtuosité requise par le rôle-titre, l’une des partitions les plus exigeantes du répertoire. Après Lucia di Lammermoor, Elektra et Salome, Guy Joosten ajoute un nouveau chapitre à son exploration des figures féminines violentes et passionnées.

Puis la dame qui l’interprétait, Elena Mosuc a une voie extraordinaire…
Je vous laisse juger… qu’en pensez-vous?

J’ai vraiment aimé, je me réjouis d’en revoir un… Je pense y aller avec les enfants d’ailleurs.

J’ai aussi prévu, toujours au cinéma, d’aller voir un ballet.
A partir du mois d’octobre, les ballets seront diffusé en directe depuis le théâtre Bolshoi de Moscou, les opéras seront retransmis en direct également depuis le New York Metropolitan Opéra.

Mais c’est décidé, j’irai quand même vraiment voir un opéra à l’opéra… Même seule s’il le faut!

Collections

La ferme edwardienne

Vous souvenez-vous, dans un précédent article, je vous parlais du DVD de la ferme victorienne, je viens de terminer une autre série de dvd, la ferme edwardienne.

Nous suivons donc Alex Langlands, Peter Ginn et Ruth Goodman en 1900, cette fois, en plus des terrains agricoles, nous découvrons la vie dans la mine, la pêche, la culture des fleurs etc…

C’est tout simplement réellement instructif, j’ai adoré et vous le conseille…

Ces série de dvd m’ont fait prendre conscience de beaucoup de choses et peu à peu, je découvre les plaisirs du jardin, des récolter des fruits pour en faire des confitures, de voir pousser la nature ailleurs que dans des pots de fleurs! Bref, je profite de ce que la nature nous offre!